Smart Equipment Technology (SET) est une entreprise 100 % savoisienne créée en 1975. Elle développe et fabrique des équipements perfectionnés pour l’industrie du semiconducteur. Depuis 1981, SET s’est lancée dans la conception de Flip-Chip Bonders adaptés aux applications type capteurs à infrarouge et optoélectroniques. Elle se focalise désormais sur les solutions de Flip-Chip et de NanoImpression. En 2012, l’entreprise change de statut juridique. Ses salariés la reprennent sous la forme d’une Société Coopérative et Participative. En parallèle, SET poursuit sa course vers des Flip Chips bonders toujours plus innovants et étoffe son offre de machines destinées aux universités, aux instituts de R&D, à la production, etc.

Technologie SET : la haute précision pour leitmotiv

L’équipementier est devenu le leader des fournisseurs mondiaux de Flip Chips bonders Haute Précision pour les laboratoires et les industries du semi-conducteur. Depuis 1997, l’entreprise s’est spécialisée dans cette activité en proposant des machines couvrant une grande variété d’applications de soudage et offrant la possibilité unique de manipuler et souder des composants petits et fragiles sur des substrats jusqu’à 300 mm. Sa précision submicronique inégalée – « 100 fois plus précis qu’un diamètre de cheveu » selon Pascale Metzger, président-directeur général de SET – et la flexibilité de ses équipements en font notamment le leader mondial dans l’assemblage de capteurs d’image.    

La gamme de solutions CAO, FAO, PDM et ERP TopSolid

Logiciels TopSolid :  les facilitateurs du quotidien pour gagner en efficacité et en productivité

Dès 2012, SET s’est tournée vers TopSolid’Erp afin d’interconnecter entre eux les logiciels qu’elle utilisait déjà, notamment le logiciel de CAO TopSolid’Design. Grâce à lui, l’entreprise était en mesure d’envoyer les commandes directement aux sous-traitants. Il aura fallu environ 2 mois pour former la quarantaine de collaborateurs de SET au nouvel ERP, recouvrant ainsi les commerciaux, les bureaux d’études, les achats, le magasin et la fabrication, ainsi que les sous-traitants qui utilisent les viewers pour monter les machines et faire les câblages des équipements. Pour Camille Galland du Bureau d’études mécanique, la force de TopSolid’Design est de créer un cycle de vie aux pièces. En un tour, il est possible de faire une première version de la pièce, de la valider puis de l’importer dans TopSolid’Erp, avant de la fabriquer et d’en faire un assemblage complet. Cette fonction « cycle de vie » est intégrée dans le PDM de TopSolid, qui est compris dans le logiciel. Concrètement, le logiciel permet de donner vie à toutes les envies de l’entreprise. Que ce soit pour faire des coques, des solides, des assemblages ou même créer des mouvements, TopSolid’Design permet de « concevoir les pièces exactement comme on le souhaite » estime Camille Galland. En outre, les logiciels TopSolid offrent une visibilité sur le prix de chaque module, ce qui facilite les prévisions sur le coût final de la création.

TopSolid et SET : un choix de confiance avec une ambition marquée

« Les solutions TopSolid’Design et TopSolid’Erp nous ont permis d’automatiser le transfert des nomenclatures et de gagner un temps considérable. Là où ce travail nous demandait 3 semaines auparavant, il se fait en une demi-heure aujourd’hui » constate Joseph Macheda, Directeur technique de SET Corporation. Pour le directeur technique, l’avantage de TopSolid repose surtout sur les contrats de maintenance existant entre les deux parties. L’entreprise SET est régulièrement informée des mises à jour appliquées sur les logiciels TopSolid et bénéficie d’un support technique (une hotline) en cas de problème. Toute erreur du logiciel détectée est rapidement corrigée – entre une demi-journée et une journée maximum – afin de ne pas bloquer la production de l’équipementier. « Ce qui nous semble être un des projets intéressants pour le futur, c’est de pouvoir faciliter la vie de nos techniciens SAV, via l’utilisation de lunettes style HoloLens. Nous souhaiterions en ce sens qu’il y ait une interface entre nos CAO actuelles, pour que ce soit un véritable outil pour nos techniciens SAV » s’exprime Pascal Metzger, le Président Directeur Général. « Nous faisons 90% de notre chiffre d’affaires à l’export. Forcément, le virtuel, c’est un des moyens qui nous paraît pérenne pour le futur, pour pouvoir continuer à apporter ce support à nos clients » ajoute-il. A bon entendeur.